Olivier Bettati

Apprenons à mieux nous connaître pour ensemble imaginer demain...

Avec mon épouse Alexandra, qui exerce la profession d ’avocat, nous avons eu l’immense bonheur d’avoir deux filles : Clara 11 ans et Giulia 9 ans.

Marin passionné, j’ai eu le bonheur de faire traverser la méditerranée à mes filles et de leur faire découvrir les baleines et les dauphins de la grande bleue. J’ai aussi, à chaque tempête, appris l’humilité face aux éléments.

J’ai toujours adoré arpenter les marchés ou faire mes courses dans des halles comme celles de Menton et rentrer faire la cuisine pour tous ceux qui comme moi aiment partager ces moments d’intense convivialité. Je me suis d’ailleurs beaucoup amusé à écrire en 2012 un livre sur la gastronomie locale et le vin.

CHEF D’ENTREPRISE DANS L’AGRO-ALIMENTAIRE BIO

Philippe VARNEROT : Délégué du personnel

 

C’est un exercice un peu inhabituel pour un délégué du personnel, mais lorsque monsieur Bettati nous a indiqué qu’il serait candidat aux municipales de Menton, j’ai souhaité, en accord avec mes collègues, témoigner du patron qu’il est pour nous. Notre entreprise existe depuis 1958 et disons le, vivotait jusqu’à ce qu’il la rachète.

 

Depuis, nous sommes en passe de devenir leader dans notre domaine.  désormais l’égalité des salaires hommes/femmes et la promotion interne sont la règle. Grâce à la conversion BIO et les circuits courts avec nos fournisseurs, nous sommes devenus une entreprise citoyenne alliant tradition, modernité et respect de l’environnement. Nous sommes une famille unie autour de notre président et partageons désormais ensemble une ambition commune. Mieux, une aventure humaine et industrielle.

Je suis depuis toujours un épicurien passionné par la cuisine et le vin, Il m’a fallu de nombreuses années pour trouver et pouvoir acquérir un petit vignoble pour que cette passion prenne tout son sens. En replantant pieds après pieds dans mes restanques j’ai appris avec humilité à attendre et à comprendre la nature.

 

Faire puis élever des vins n’est pas tout à fait un métier ni vraiment une vocation, c’est autre chose difficile à expliquer. J’ai l’habitude depuis de dire qu’en définitive, avoir les pieds dans la terre c’est un peu comme l’opéra, à la première confrontation vous aimez ou vous détestez mais si vous aimez c’est pour la vie !

UNE LONGUE ET SOLIDE EXPÉRIENCE D’ELU LOCAL

C’est en 1994 que j’ai été élu Conseiller Général des Alpes-maritimes pour la première fois, le plus jeune de France.

 

Conseiller Régional depuis 2015 en menant une liste d’opposition, j’ai néanmoins reçu le soutien du nouveau président.

 

Extrait du communiqué de presse de Renaud Muselier à l’annonce de ma candidature : «… par delà les considérations politiques des liens d’amitié nous lient depuis plus de 30 ans et je n’oublie pas que nous avons partagé de nombreux combats communs au sein du RPR. Il n’a d’ailleurs jamais critiqué la politique que je mène en tant que président. Je veux qu’il sache que s’il est élu maire de Menton, la région aura à coeur de soutenir les projets qu’il conduira pour la commune…»

Au cours de ces mandats comme de ceux de maire adjoint j’ai eu de grands bonheurs, mais aussi des grands moments d’émotion comme notamment accompagner des collégiens au camp d’Auschwitz en Pologne à l’occasion des voyages de la mémoire organisés par le Conseil Général.

TOUTES LES VÉRITÉS NE SONT PAS BONNES À ENTENDRE

La Cour Régionale des Comptes, organisme d’etat chargé du contrôle de la bonne gestion de l’argent public, a rendu son rapport définitif sur la gestion du dernier mandat de l’équipe sortante. Les extraits que vous trouverez ci-dessous sont consultables dans ledit rapport :

 

  • Page 15 : la commune n’a respecté ni la règle de l’annuité budgétaire, ni le principe d’indépendance des exercices comptables.
  • Page 22 : la commune a agi sur sa capacité d’autofinancement en préférant augmenter la fiscalité plutôt que de réaliser des économies sur le fonctionnement.
  • Page 23 : Entre 2011 et 2016 le produit cumulé de la taxe d’habitation et de la taxe foncière à Menton a augmenté de 16,5% (soit 4 millions d’euros) et la taxe sur l’électricité a elle aussi augmenté de 12%.
  • Page 24 : les dépenses réelles de fonctionnement de la Mairie de Menton sont de 2009,00 €/habitant là où la moyenne française des villes de même taille est de 1358,00 €/ habitant

 

Le Figaro économique a classé Menton dans les 15 villes les plus endettées de France

Jean Claude GUIBAL, élu depuis 31 ans brigue un sixième mandat, lui qui écrivait dans son journal de campagne au sujet de son prédécesseur, le Général AUBERT alors agé de 73 ans : «Le sortant a été élu pour la première fois il y a 25 ans… 25 ans, c’est long. En un quart de siècle le monde a changé, les hommes aussi » !